Colique chez le cheval : les bons réflexes à adopter !

Colique chez le cheval : les bons réflexes à adopter !

Les coliques, vous connaissez ? Si vous êtes propriétaire d’un cheval ou que vous pratiquez régulièrement l’équitation, il est fort probable que vous répondiez oui à cette question ! Connues pour leurs conséquences parfois dramatiques, elles sont la bête noire de tout cavalier. Aujourd’hui, on vous explique comment déceler les symptômes d’une colique et, surtout, comment réagir pour que celle-ci ne soit qu’un lointain souvenir ! 😉

Une colique du cheval, qu’est-ce que c’est ?

Le terme “colique” désigne l’ensemble des maux liés aux douleurs abdominales qui sont d’origine digestive chez le cheval. C’est une maladie extrêmement fréquente chez les équidés, leur système digestif étant presqu’entièrement flottant, très long et très sensible au stress. Les cas les plus graves nécessiteront une intervention chirurgicale ou pourront entraîner la mort de l’animal. Pas de panique, en revanche, dans la grande majorité des cas, ces coliques se résorbent par elles-mêmes ou à l’aide d’un simple traitement médical !

Quels sont les symptômes de colique chez le cheval ?

Pour déceler une colique chez votre compagnon, il vous faudra observer son comportement. Un cheval souffrant d’une colique aura tendance à :

  • avoir une perte d’appétit
  • regarder ses flancs
  • gratter le sol
  • se rouler à répétition
  • se mettre en position pour uriner sans pour autant uriner
  • se donner des coups de pied ou se mordre le ventre
  • se coucher ou tenter de se coucher de manière répétitive

Notez que l’intensité de ces symptômes sera généralement proportionnelle à la douleur de votre animal. Enfin, fiez-vous à votre instinct. Tous les chevaux n’exprimeront pas leur douleur de la même manière. Votre cheval est-il stoïque ? Au contraire, est-il douillet ? A-t-il une personnalité extravertie ou, plutôt, introvertie ? Si vous observez chez lui un comportement inhabituel, soyez-y attentif, cela vous permettra de juger de la gravité de la situation.

Mon cheval a une colique. Je fais quoi ?

Les premiers réflexes

Si vous observez des signes d’inconfort intestinal chez votre cheval, le premier réflexe à adopter est de supprimer toute nourriture. “De manière générale, si votre cheval n’est pas bien, ne lui donnez rien à manger, surtout pas des grains”, nous confie Pauline Michiels, vétérinaire équin et partenaire de notre plateforme. En revanche, veillez à ce que votre cheval ait toujours accès à de l’eau, même s’il en boit énormément.

Ensuite, faites marcher votre cheval à un bon pas. Cela calmera la douleur et permettra au cheval de se distraire. Attention, une colique peut épuiser votre cheval, inutile de le forcer à marcher s’il n’en a plus la force. En revanche, il est essentiel de rester vigilant : “Un cheval ayant une colique peut être très agité, ne le sortez pas si vous ne pouvez pas le faire en toute sécurité”.

Veillez également à offrir les conditions les plus confortables possibles à votre cheval. S’il est calme ou qu’il ne bouge plus, mettez-lui une couverture pour le réchauffer et lui permettre de se détendre. Vous pouvez également tenter de le masser derrière ses côtes avec vos poings ou vos bras. Si cela le soulage, vous le remarquerez vite; il viendra se mettre contre vos poings. Vous pouvez aussi éloigner votre cheval de son troupeau, si cela ne le fait pas paniquer. Cela lui permettra d’être au calme. Enfin, il est possible de soulager votre animal en lui donnant de l’huile essentiel de basilic tropical. Consultez votre vétérinaire afin qu’il vous renseigne sur la quantité à administrer à votre compagnon !  

Quelles informations à donner au vétérinaire ?

Récolter les bonnes informations vous permettra de gagner un temps précieux lorsque vous appellerez votre vétérinaire.

  • Commencez par retracer l’historique de la dernière semaine de votre cheval. Qu’a-t-il mangé? Y-a-t-il eu des changements dans son comportement? “En général, les coliques n’arrivent pas en un coup” nous rappelle Pauline, ”un bouchon peut mettre une semaine à se former”.
  • Retracez également l’historique médical de votre cheval. “Le mieux, si vous êtes propriétaire, c’est d’anticiper et de laisser un dossier avec cet historique, pour qu’on puisse réagir, même en votre absence”. Mentionnez-y son âge, son alimentation, ses résultats de prise de sang et ses antécédents médicaux.  
  • Prendre le pouls et le température de votre cheval permettra également à votre vétérinaire de mieux comprendre la situation.

Anticiper les problèmes

En cas de colique, comme dans beaucoup de cas, l’idéal est d’être prévoyant. Réfléchissez aux éléments pratiques, ne laissez aucun détail au hasard pour éviter de devoir agir dans l’urgence et le stress.

“En général, il faudra compter environ 3000€ pour soigner une colique” nous explique Pauline. Prévoir ce budget en assurant son cheval ou en économisant sera donc essentiel si vous tenez à votre compagnon. Comme nous vous en parlions dans cet article, connaître les conditions et clauses d’exclusion de votre assurance est aussi essentiel. Enfin, prévoir un moyen de transport pour votre cheval et choisir une clinique vers laquelle se diriger en cas de soucis vous mettra également à l’abri de mauvaises surprises.

Les comportements à éviter

Même si cela peut être tentant d’économiser une consultation vétérinaire, évitez à tout prix d’administrer un médicament à votre animal. “Cela faussera le diagnostic”, nous explique Pauline, “et si vous avez fait cette erreur, surtout, prévenez votre vétérinaire”.

Enfin, ne laissez pas votre cheval sans surveillance. “En général, je dis aux propriétaires de suivre l’état de l’animal 3 fois minimum sur la nuit. Je suis parfois étonnée de voir des personnes quitter leur cheval lorsque la consultation est finie alors même que je leur avais dit de rester”.

En conclusion, Pauline nous rappelle que c’est surtout une question de bon sens. Anticipez, réagissez à temps et il y a des grandes chances que tout se passe bien !

Et vous, cela vous est-il déjà arrivé ? Quels sont vos conseils pour vous débarrasser d’une vilaine colique ?

Laisser un commentaire